Complications post opératoires

Cette chirurgie est assez peu compliquée pendant l’intervention et les difficultés peuvent venir éventuellement d’antécédents de traumatisme thoracique ou d’infection pulmonaire ayant entraînés des adhérences au niveau du poumon. Des minimes plaies vasculaires peuvent être provoquées mais toujours contrôlées en per-opératoire. Rarement, une difficulté rencontrée pourrait amener l’opérateur à modifier le geste prévu afin de tout mettre en œuvre pour remédier au problème rencontré. La transformation de la thoracoscopie en thoracotomie (grande ouverture entre 2 côtes) est alors possible.

En ce qui concerne les complications post-opératoires et effets secondaires, il peut exister des douleurs dites  « fantômes » apparaissant à partir du 5ème jour environ, à localisation postérieure et apicale, irradiant vers l’avant. Elle dure environ 3 semaines et sont généralement bien gérée par une prescription d’antalgiques et d’anti-inflammatoires.

Rarement (0,5%), il existe une chute de la paupière en rapport avec une atteinte du 1er ganglion sympathique. Parfois, il peut exister une hyper sudation péri-nasale et une hyper sécrétion salivaire réflexe à certains aliments (épices,…). Le principal effet secondaire du traitement de cette hyperhidrose axillaire reste une hypersudation compensatrice au niveau du bas de l‘abdomen, du dos, mais parfois aussi des fesses, des cuisses et des plis de l’aine. Cet excès de transpiration est par contre plus facile à gérer que celle qui affectée les mains et/ou les aisselles.